logo groupama pacifique gan 2022
logo groupama pacifique gan 2022

Dossier : Manger bien et local pour être en bonne santé

header article blog (2)

Solidarité, proximité, progrès sont des valeurs défendues par Groupama-Gan Pacifique. Parce que la prévention à la personne fait partie intégrante de notre ADN mutualiste, nous vous proposons, au travers de ce dossier, une réflexion sur la santé et l’alimentation. Bonne lecture !

Ne dit-on pas que « nous sommes ce que nous mangeons » ? Depuis Hippocrate, nous savons qu’alimentation et santé sont intimement liées. Mais comment, alors, faire de son assiette le meilleur des soins ? En revenant à une alimentation qui a du sens, affirment les experts, et en piochant autour de nous les nutriments indispensables, car la terre et le littoral de nos îles océaniennes regorgent de mets bénéfiques et savoureux.

L’alimentation joue un rôle prépondérant sur la santé, et devrait en être considérée comme le premier facteur. Une assiette adaptée et équilibrée permet de se prémunir contre de nombreuses maladies : obésité, diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires, cancers…

LE SECRET POUR BIEN MANGER : DU VÉGÉTAL, DE LA VARIÉTÉ ET DU VRAI !

Pour mettre toutes les chances de son côté et adopter une alimentation « santé », il existe quelques pratiques simples à intégrer à ses repas.

Pour commencer, lorsque l’on compose son repas, la priorité est donnée aux fruits et légumes ! Ils doivent représenter le tiers ou la moitié de l’assiette, le reste étant partagé entre les céréales (riz, blé, maïs…) et les viandes, poissons ou substituts.

Ensuite, il est recommandé de varier les ingrédients selon les repas, pour s’assurer d’éviter les carences en diversifiant les apports en macronutriments (lipides, glucides, protéines) et micronutriments (vitamines, oligo-éléments), tous indispensables au bon fonctionnement du corps.

Enfin, pour favoriser ces apports et limiter les excès de sucre, de sel et d’additifs, il est préférable d’opter pour des produits frais, locaux et bruts (peu cuisinés ou transformés).

Pour se remémorer facilement ces quelques principes, il existe même la règle mnémotechnique des 3V* : une alimentation (suffisamment) Végétale, Variée et Vraie (non industrielle) !

*Dr Anthony Fardet, nutritionniste.

Fafa, chou kanak, cresson mais aussi ambrevade, moringa, baselle ou pourpier… Les plantes comestibles sont une ressource locale jusque-là peu valorisée, qui revient au goût du jour.

LES TRÉSORS OUBLIÉS DES METS OCÉANIENS

Mais comment mettre ces recommandations en pratique, sur nos îles du Pacifique ?

« Nous devons revenir au bon sens, à une relation aux aliments qui soit plus simple et naturelle. Les produits industriels ultra-transformés qui sont entrés dans les habitudes de consommation océaniennes n’offrent aucune densité nutritionnelle et mènent ainsi à la situation paradoxale suivante : ils génèrent de l’obésité et de la dénutrition », alertent le docteur Pascal Chassin, micronutritionniste et Anne-Gaëlle Cabanas, spécialiste en alimentation santé.

Pourtant, l’océan, les pâturages et les champs de nos îles offrent une large variété de produits intéressants : poissons du large ou du lagon, fruits de mer, cochons et cerfs, bœufs, volailles, fruits et légumes tropicaux, vanille... « Les tubercules par exemple, qui sont très importants dans la culture océanienne, apportent des micronutriments intéressants, s’ils sont consommés accompagnés de leurs fanes, riches en fibres et pauvres en glucides », développent les deux spécialistes. « Idem, en dehors des problématiques connues de gratte et de pollution au mercure, les poissons comme tous les produits issus de la mer, présentent des apports indispensablesQuant aux fruits et légumes locaux, ils sont essentiels ! »

 « C’est du bon sens, finalement », qu’il convient désormais de s’approprier au quotidien. C’est d’ailleurs avec cet objectif d’améliorer la santé des populations en développant de bonnes pratiques de production et de consommation, que la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna, ont entamé chacune un travail de réflexion autour d’un programme pays de transition vers une alimentation plus saine et durable.

 Anne-Gaëlle Cabanas, ingénieure en agriculture spécialisée en alimentation santé, et Dr Pascal Chassin, pharmacien micronutritionniste, dispensent des formations agréées sur l’alimentation durable.

Pour Anne-Gaëlle Cabanas, spécialiste de l’alimentation et de la santé : « Il faut revenir au bon sens, manger local et de saison, privilégier le fait maison et les circuits courts. »

 

ZOOM SUR LES BIENFAITS DE 10 ALIMENTS DU QUOTIDIEN
  • L’avocat apporte des fibres, des acides gras insaturés (l’acide oléique), il est fortement alcalinisant
  • La baselle, plante reconnue en médecine traditionnelle, aurait des vertus diurétiques et laxatives.
  • Le chou kanak contient du magnésium, du calcium et des vitamines en quantité.
  • Le citron, très riche en vitamine C, aide notamment à lutter contre la fatigue.
  • Le coco, riche en fibres et en lipides, stimule le transit et la satiété. Il est également source de fer et de phosphore.
  • L’igname, source de glucide, est également riche en potassium et en fibres. Il aurait des vertus facilitant la ménopause. À consommer de manière modérée.
  • La mangue est riche en vitamines et en fibres, elle est également diurétique, accélère le transit et se révèle bénéfique pour les yeux.
  • L’ambrevade est une légumineuse dont les graines sont riches en fibres, protéines, vitamines B et minéraux.
  • Le noni ou nono, dont on prête au jus de nombreuses vertus médicinales qui n’ont pas encore été vérifiées, est utilisé dans la culture traditionnelle pour renforcer les défenses naturelles du corps.
  • Le uru ou fruit à pain est riche en fibres, vitamine C et antioxydants, il apporte de l’énergie et facilite le transit.

 

COMMENT BIEN MANGER POUR ÊTRE EN BONNE SANTÉ ? L'AVIS DES EXPERTS

« Pour aller à l’essentiel, il y a 3 principes fondamentaux à respecter :

  • L’équilibre acide / base. Notre corps présente un pH neutre mais la pratique sportive ou la plupart des aliments comme les céréales, les laitages, les viandes et poissons, vont l’acidifier. Il faut contrebalancer avec les aliments alcalinisants, que sont les fruits et légumes.
  • La charge glycémique, qui dépend à la fois du taux de glucose présent dans l’aliment et de la façon dont il va être assimilé par l’organisme (indice glycémique), doit être très modérée.
  • L’équilibre graisseux. Longtemps diabolisé, le gras est pourtant nécessaire. Cependant, il faut varier les sources pour équilibrer la quantité d’oméga 3, 6 et 9. »

 

_____________________________________________________

 

INFO +

GROUPAMA-GAN PACIFIQUE, DU CHAMP À L'ASSIETTE

Historiquement lié à l’agriculture, Groupama-Gan Pacifique accompagne les agriculteurs du territoire avec des produits d’assurance spécifiquement adaptés au secteur.

Nous proposons également une couverture santé aux particuliers et aux professionnels.

Partagez cet article